J’ai testé “Speak from day one” : la méthode de Benny Lewis

Si tu as suivi mes derniers articles, tu sais que je me suis lancée le challenge d’apprendre l’allemand en quelques mois, c’est-à-dire d’atteindre un niveau qui me permette de lire, écrire, comprendre et parler sans trop d’efforts. J’ai donc décidé pour ce challenge de mettre à l’épreuve une des méthodes d’un des plus célèbres polyglottes actuels, Benny Lewis. Surnommé the “Irish Polyglot”, il est auteur du livre “Fluent in 3 months” (et du blog du même nom). Je te présentais déjà une autre de ses techniques dans cet article. Nul en langues étrangères (il avait déjà tenté sans succès d’apprendre l’irlandais, l’allemand et l’espagnol), Benny Lewis a décidé de changer totalement son approche de l’apprentissage des langues en utilisant la technique “Speak from day one”.
Mais en quoi consiste cette méthode ?
Benny Lewis commence à pratiquer à l’oral la langue qu’il apprend dès son premier jour d’apprentissage. D’où le “speak from day one” (“parle du jour 1” littéralement). Il commence par apprendre des phrases de base qui lui permettent de comprendre et de s’exprimer sur des sujets très simples dès le début. Par exemple, les phrases pour se présenter sont très utiles (“Je m’appelle…”, “Comment t’appelles-tu?”, “J’habite…”, “J’ai X frères et X sœurs.”). Tu peux aussi demander, si tu as un professeur, à parler du sujet que tu es en train d’étudier (par exemple, la nourriture). Petite astuce : apprends des phrases qui te permettent de t’exprimer sur plusieurs sujets sans te préoccuper de la grammaire ou de la conjugaison. Par exemple, en français, ce sont les phrases avec “Je veux…” ou “J’aime…”. Ces phrases permettent d’utiliser un verbe à l’infinitif sans s’occuper de sa conjugaison. Ça fonctionne aussi en allemand : “Ich würde gern…” (“Je voudrais…”, “J’aimerais…”) ou en anglais : “I would like to…” (“Je voudrais…”). Dans les deux langues, tu rajoutes le verbe, par exemple, “essen” en allemand ou “eat” en anglais qui veulent dire manger ou le verbe “trinken” en allemand ou “drink” en anglais qui veulent dire boire. Pas besoin de savoir comment se conjuguent “manger” ou “boire”.
Pourquoi ça fonctionne ?
Au début, ne te prends pas la tête si tu ne peux pas exprimer exactement ce que tu souhaites. Par exemple, “J’aime manger des fraises l’été.” n’a pas exactement le même sens que “Je mange des fraises l’été.”. Mais l’idée est là. L’important n’est pas d’avoir le vocabulaire le plus précis et la grammaire parfaite dès le début mais de s’exprimer. “Moi manger fraises” n’est pas correct mais tu as compris, non ? C’est bien là l’essentiel ! C’est ainsi que les enfants apprennent à parler. Par essais et erreurs, ils se perfectionnent, s’améliorent, se font comprendre et enrichissent vocabulaire et grammaire naturellement. D’ailleurs, essaies de dire à un enfant que ce qu’il vient de dire “Moi manger fraises” n’est pas correct. Explique que le pronom sujet d’une phrase à la première personne du singulier est “Je” et non “Moi” et tu vas le perdre. Fais lui répéter la phrase correcte et avec le temps, il va la retenir à force de t’entendre parler, à force de pratiquer. Pourquoi devrions-nous utiliser une méthode différente ? Et les trouvons-nous nuls, incapables, à ne pas savoir s’exprimer correctement ? Non, c’est plutôt mignon. Nous trouvons ça normal, ils débutent. Alors pourquoi n’avons-nous pas la même douceur et la même exigence envers nous-mêmes. Lâche prise et amuse-toi.
Comment j’ai mis en pratique sa méthode?
Si je n’ai pas voulu pratiquer dès le premier jour l’oral, j’ai eu ma première conversation au bout d’une semaine sur Italki avec un natif. J’avais choisi un natif allemand qui ne parlait pas français. Il parlait anglais donc je savais que si j’étais vraiment perdue, j’aurais toujours moyen de me faire comprendre. D’ailleurs, ma conversation était plus proche du “Moi manger fraises” qu’autre chose mais après 30minutes de conversation en allemand, j’étais fière de moi ! J’avais réussi à me faire comprendre et j’avais réussi à le comprendre. Nous avions discuté de mon travail (ce que je n’avais pas prévu donc j’ai dû improviser côté vocabulaire). Il écrivait les phrases et/ou mots que je ne connaissais pas pour que je puisse lire le mot pour le comprendre et éventuellement me donner sa traduction en anglais. C’était un échange très appréciable.
Et après ?
Je souhaite continuer à pratiquer régulièrement mais avec un déménagement et un changement de travail (avec horaire décalé pour cause de COVID19), je n’ai pas pu programmer d’autres séances. Il faut très vite que je reprenne. Je pense que c’est une méthode bénéfique à plusieurs niveaux : – tu ancres ton vocabulaire en situation réelle, – tu pratiques l’expression et la compréhension orale, – tu prends confiance sur ta capacité à t’exprimer dans la langue, – tu apprends à trouver des astuces lorsque tu ne connais pas le vocabulaire ou la façon de le dire (avec des synonymes, d’autres tournures de phrases, etc.), – tu améliores ta prononciation pour n’en citer que quelques-uns ! “Tout ce que tu as toujours voulu est de l’autre côté de la peur” (George Adair). Alors, lance-toi et enjoy (savoure) ! Si tu aimes cet article, commente, like, partage et abonne toi. See you soon !
Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu