Apprendre une langue comme un enfant

10 Comments

Apprendre comme un enfant

On entend souvent qu’il faut apprendre une langue comme un enfant car ce serait la meilleure façon d’apprendre. Oui et non. Un adulte n’a pas les mêmes mécanismes d’apprentissage. Il a une expérience que n’a pas l’enfant qui est à la fois un avantage et un désavantage. Mais l’apprentissage d’une langue à la manière des enfants présente des avantages. Alors prêt à apprendre « comme un enfant » ?

Prendre son temps

Prendre son temps

Un enfant va babiller au cours de sa première année à partir de 2 ou 4 mois. Il va prononcer des sons sans vraiment de signification réelle, juste pour essayer de reproduire ce qu’il entend autour de lui. Vers 4 à 9 mois, il commence à prononcer des syllabes et vers un an seulement, il va commencer à prononcer des mots mais il en comprend déjà beaucoup. C’est seulement lorsqu’il va rentrer à l’école à 3 ans, que l’enfant va commencer (surtout vers la fin de l’école maternelle en France) à apprendre à écrire des lettres puis des mots et enfin des phrases vers l’âge de 6 ans. A la fin du CP en France (soit 6/7 ans), l’enfant doit savoir « lire » (déchiffrer un texte simple) et écrire (retranscrire les sons qu’il entend). Il lui faut donc minimum 7 ans (voire plus) pour commencer à « maîtriser » sa langue maternelle à l’oral et à l’écrit… On dit qu’il est plus facile pour un enfant d’apprendre une langue mais n’importe quel adulte en immersion totale dans un pays est capable de comprendre, de parler, de lire et d’écrire cette langue en 7 ans. Les enfants prennent le temps qu’il faut pour apprendre leur langue maternelle, et nous devrions prendre exemple sur eux ! La plupart des adultes veulent apprendre à maîtriser une nouvelle langue en quelques semaines voire en quelques mois alors qu’il leur a fallu des années pour apprendre leur propre langue ! Alors lâchons-nous la grappe et prenons le temps qu’il nous faut pour apprendre une langue. Tu n’as pas réussi à apprendre l’espagnol en 3 mois ? Ce n’est pas grave. Savoure le chemin parcouru et continue d’avancer. Tu vas finir par y arriver. Et si ton enfant ne maîtrise pas Proust ou Baudelaire à la fin du CP, c’est aussi normal… Chaque enfant avance à son rythme (et chaque adulte aussi).

LIRE  2 applications et une intelligence artificielle pour apprendre une langue

S’exposer le plus possible

L’immersion est la clé de l’apprentissage d’un enfant. Si un enfant arrive à maîtriser une langue, c’est parce qu’il est immergé dans cette langue. Il entend du français le matin dès le réveil (pour la plupart des francophones) jusqu’au soir au coucher. Et toute la journée, c’est pareil. Cette immersion lui permet d’être le plus possible en contact avec la langue, d’apprendre de nouveaux mots, d’entendre leur prononciation, d’apprendre naturellement la grammaire, etc. Pour apprendre une nouvelle langue, il faut faire de même et s’exposer le plus possible à cette langue, créer une immersion linguistique. Si tu apprends le suédois, il ne te sera peut-être pas possible de parler suédois et d’écouter du suédois toute la journée surtout si tu travailles et que tu vis avec des personnes qui ne parlent pas cette langue mais essaie de le faire le plus possible. Dès que tu es seul, immerge-toi dans la langue. Regarde des films en suédois (même si tu ne comprends pas tout). Ecoute la radio en suédois. Lis si tu peux en suédois… Expose-toi le plus possible.

Faire des erreurs

Faire des erreurs

Les enfants n’ont pas peur de faire des erreurs. Ils en font tout le temps et c’est normal. C’est en faisant ces erreurs qu’ils apprennent. Pour communiquer, ils vont prononcer des mots avant de prononcer des phrases et parler un peu à la Tarzan. L’important pour eux n’est pas d’avoir une prononciation parfaite mais de se faire comprendre. Et encore, une fois, nous devrions faire pareil. Essaie de communiquer dans la langue même si ta prononciation n’est pas parfaite, même si ta phrase comporte de nombreuses erreurs et n’est pas grammaticalement juste. L’important n’est pas, comme pour les enfants, de parler parfaitement mais de te faire comprendre. Certains natifs (mais ça dépend des langues et des cultures) te corrigeront et tu t’amélioreras. Sinon, tu peux le leur demander.

LIRE  Español en 5 minutos : Por ou Para

Oser

Les enfants sont vierges à la naissance. Ils n’ont pas peur de faire des erreurs, pas peur de se tromper, pas peur d’essayer. En tant qu’adulte, tu as peut-être un vieux souvenir de ta classe de 3ème avec ta prof d’anglais, Madame Michou, qui t’interrogeait devant toute la classe. Et le souvenir (traumatisant) des autres élèves se moquant de ton accent (alors qu’ils ont le même pour la plupart…). Ou tu as le souvenir de ton prof d’allemand, Monsieur Robert, exaspéré que tu n’aies pas appris (encore une fois) ta liste de vocabulaire alors que tu as passé ta soirée à réviser. Du coup, les cours sont devenus une torture et tu associes l’apprentissage à ces mauvaises expériences… Les enfants n’ayant pas vécu ces expériences se posent moins de questions et osent. Si tu as une appréhension et que tu es vraiment traumatisé par ce que tu as vécu, commence à pratiquer la langue dans un endroit sécurisant pour toi : seul à la maison avant de le faire en groupe ou avec des natifs, avec un professeur ou un tuteur de langues bienveillant (promis, ça existe). Ose étape par étape jusqu’à ce que ça devienne plus facile pour toi. Et si tes blocages sont vraiment très forts et que tu as du mal à les surmonter, tu peux faire appel à un coach professionnel qui peut t’aider à les dépasser et à retrouver du plaisir dans ton apprentissage. Apprendre une langue devrait toujours être un plaisir. Et si tu n’as aucun souvenir traumatisant, ni de tes premiers mots dans une langue, ni de ton expérience d’apprentissage à l’école, alors profite !

LIRE  Améliorer sa compréhension orale et sa prononciation

Force adulte

Mieux que les enfants : se servir de ses forces d’adulte

Si apprendre comme un enfant présente des avantages, être adulte quand on commence son apprentissage est aussi une force. Un enfant est vierge à la naissance. Il n’a aucune limite, pas de croyances limitantes, ni de mauvaise expérience avec la langue.
Mais l’adulte a des bases sur lesquelles s’accrocher, des liens avec les langues qu’il connaît déjà (sa langue maternelle), des connaissances en grammaire (même faibles). Il a déjà appris des compétences. Si un adulte peut apprendre une nouvelle langue en quelques mois ou années (selon son investissement et le temps dont il dispose), un enfant mettra des années à maîtriser une langue et sa maîtrise dépendra fortement de son environnement. Petit clin d’œil aux maîtresses de maternelle qui ne sont pas toujours en mesure de comprendre ce que leur disent les enfants. Un enfant ne connaît ni les sons, ni les mots et surtout leur signification. Un adulte connaît déjà certains sons qu’il peut transposer dans sa nouvelle langue ou bien se servir de sons similaires, ce qui accélère sa maîtrise des sons et donc sa capacité à parler plus rapidement qu’un enfant.
Les adultes ont aussi souvent une meilleure compréhension de leur manière d’apprendre, ce qui leur permet d’adopter des stratégies d’apprentissage plus efficaces. Pour apprendre une langue, il n’y a pas qu’une seule méthode ou une seule approche universelle. La meilleure méthode est celle qui te correspond. Et parce que tu as déjà dû apprendre de nouvelles compétences, tu connais mieux qu’un enfant tes mécanismes d’apprentissage.

S’il faut s’inspirer des qualités des enfants pour apprendre (prendre son temps, s’exposer le plus possible, faire des erreurs, oser), apprendre une langue étrangère à l’âge adulte est un avantage. Il n’y a pas de bon moment pour apprendre une langue. Ou plutôt si. Comme le dit le proverbe chinois : « Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est maintenant. » Il n’est jamais trop tard pour apprendre.

*Si tu aimes cet article, commente, like, partage et abonne-toi. See you soon !

À propos de l'auteur

Pauline

  • Merci Pauline pour cet article très intéressant qui me parle puisque j’apprends l’italien et je mets en place le plus possible d’italien dans ma vie pour être en immersion : Radio, playlist, séries, télé, GPS en italien ! J’ai appris pas mal de choses avec ton article. Et je suis ok avec le fait de se déculpabiliser de ne pas pouvoir apprendre l’espagnol, l’anglais en 3 mois…. il y a parler et parler…. il faut se laisser le temps d’apprécier la langue et d’explorer aussi sa culture. C’est un tout !

  • Merci pour cet article.
    Je n’avais jamais fait attention au fait qu’un enfant mettait autant de temps pour maîtriser l’oral et l’écrit et ça me permet de relativiser l’apprentissage d’une langue étrangère. Chacun sa méthode et no stress! ça me va!

  • Merci pour tes conseils !

    Il est vrai que les enfants, ont cette capacité de persévérance et de curiosité.

    L’apprentissage d’une nouvelle langue à l’âge adulte, nécessite de s’exposer à la critique, mais c’est une étape indispensable, pour atteindre un certain niveau de communication.

  • J’ai beaucoup aimé l’approche de cet article et les bons conseils donnés. Effectivement on ne peut tirer que du positif dans le fait de prendre exemple sur les enfants pour l’apprentissage d’une nouvelle langue. Un enfant n’a pas peur de l’immersion, de ne rien comprendre, de faire des erreurs ahah et en tant qu’adultes c’est vrai qu’on a un peu plus de mal face à ces choses là. Alors que c’est exactement ce à quoi il faut s’exposer pour apprendre une langue plus vite. Sortir de sa zone de confort et briser les barrières de la vie adulte.

  • Excellent article sur l’apprentissage des langues en général. Je crois que tu as parfaitement ciblé les trois facteurs importants : temps, immersion et pratique active. Avec ça, on est sûr de progresser. Il ne reste plus qu’à savoir faire de la maîtrise de sa langue maternelle un atout et non, un obstacle…

  • Oui l’immersion le plus possible! J’ai fini par le comprendre après beaucoup d’essai et d’arrêt. C’est loin d’être tout le temps, mais stop je déculpabilise tu as raison! ça doit rester un plaisir!

  • C’est tellement facile pour un enfant d’apprendre de nouvelles langues. Certains pays ont compris ça depuis de nombreuses années. Merci pour ton article et tes conseils

  • J’ai l’impression que toutes les clés que tu donnes dont finalement celles de l’apprentissage au sens large, oser, faire des erreurs, éliminer ses croyances limitantes… Je crois qu’en matière de langue moi c’est surtout oser se tromper 🙂
    Merci pour cet article, c’est motivant

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >